20 janv. 2019

En Altitude à l'Alpe d'Huez


Cet hiver, nous sommes partis à quatre, au mois de janvier pendant une semaine à L'Alpe D'Huez. Une semaine de neige, de sport intense, de soleil et de pistes nouvelles.. en effet, c'était ma première fois dans ce grand et large domaine des Alpes du Sud en Isère. L'an passé nous étions à la Plagne, où nous avions pu aussi rider aux Arcs, vu que les deux domaines sont reliés. Pour la Plagne, on compte 136 pistes et liée avec les Arcs (forfait Paradiski) 264 pistes au total. Au niveau de l'Alpe d'Huez, c'est 133 pistes. Contrairement aux deux villages, la station de l'Alpe d'Huez est mille fois plus grande, arborée de jolis chalets, hôtels et résidences.. tous boisés. Pas une architecture moderne dans le lot, pas une. Sauf peut être le majestueux hôtel Royal Ours Blanc, quatre étoiles, qu'on ne peut pas louper et digne d'une Trump Tower. Étendue en plusieurs quartiers (Les Bergers, Jeux, Cognet, Viel Alpe, Passeaux, Eclose, Outaris et bien plus bas Huez Village à 1450), on passe au moins deux heures à tout découvrir.

Anciennement dénommé Massif des Grandes Rousses et désormais appelé Alpe d’Huez Grand Domaine Ski,  le domaine de l'Alpe d'Huez, situé entre 1100 et 3330 mètres d'altitude, se compose en fait de 7 stations/villages aux spécificités bien distinctes : préservée, fonctionnelle, familiale, sportive.. réunies pour répondre à toutes les envies et tous les profils. Déployé sur 10 000 hectares orientés sud-ouest, il dispose de 4 secteurs principaux : Oz-Vaujany, Alpe d'Huez, Auris-La Garde et Villard-Reculas et se compose donc de 133 pistes (43 vertes, 34 bleues, 40 rouges et 16 noires) desservies par 81 remontées mécaniques qui vous emmèneront rapidement au point culminant : le Pic Blanc, à 3330 mètres d’altitude, où un panorama des plus époustouflants s'y cache.

Le domaine se trouve dans un bol ensoleillé entouré par des pentes dans toutes les directions, formant un vaste cadre skiable. Les débutants sauront apprécier les (trop) nombreuses pistes vertes sur toute la partie 1860 (marmottes) jusqu'à 2100. Quant aux plus expérimentés, ils ont de belles pistes où se faire plaisir sur tout les axes fleurissant et émergeant autour. Il faut savoir qu’à l’Alpe d’Huez, plus on monte, plus les pistes sont difficiles et techniques. Le principe se vérifie ici : rien que des noires pour redescendre.

Voici pourquoi j’aime autant cette station.. Impossible de s’ennuyer. Au total, l’Alpe d’Huez aligne plus de 250 km de pistes, dans des décors variés, entre forêts, montagnes, pics, rivières et ruisseaux.




Nous logions dans le quartier des Bergers, tout près du télésiège des Marmottes, au milieu du domaine à 1860. Nos locs d'ailleurs se trouvaient juste en face, chez Skiset Quicksilver Les Bergers. Une bonne équipe à l'écoute, malgré un mauvais démarrage. Ici, on choisi un pack (bronze, argent ou or). Bronze étant pour les débutants - attention débutants qui ne skient pas beaucoup durant la semaine car le matériel est vraiment délicat j'ai l'impression.. Argent pour les intermédiaires, avec du bon matos, juste qui date de 3-4ans (carres abimés, légères rayures, dessins un peu passés et moins brillants..). Et Or pour le pack sensation, avec ici du très bon matériel et quasi neuf. Personnellement, j'étais en snowboard avec le pack argent, et entièrement équipée en Burton avec des boots clairement neuves. Ma board était légèrement abimée sur les carres mais vraiment rien de grave et en rien ça n'affectait ma vitesse. Le dessin était un peu passé sur le dessus, mais bon, je ne suis pas là pour poser avec ma planche (ok, 5min j'avoue..). Lorsque je dis mauvais démarrage, c'est parce qu'en groupe (gros groupe je parle), ils ne prennent pas la peine de nous faire essayer les shoes, et si cela ne va pas, il faut revenir.. le lendemain ! Sur quatre personnes de mon groupe, 2 ont eu un problème et il a fallu revenir trois fois au total, autant vous dire que ça saoule très vite, même si j'avoue, (re)voir le sosie de Rami Malek travailler était plutôt sympa.. Deux de mes amis étaient en ski avec le pack Argent, l'un avait eu des ski de débutants (très mauvais côté maniabilité) et l'autre, des ski pour hors pistes, apparemment plus longs. En fait, les mecs du store n'avaient pas vraiment pris le temps de voir avec eux et leur avaient filé des ski dans la va-vite. Jael, qui commençait le ski depuis un an, avait précisé qu'il était débutant, je pense que c'est pour ça que le mec a choisi ces ski là, se disant qu'il n'allait faire que des vertes, dunno.. Par contre, pour Doriane, avec les ski hors pistes, on n'a pas compris. Bref, après avoir enfin changé tout ce qui n'allait pas, cette fois-ci en prenant le temps pour essayer les shoes et voir pour les ski (et mater aussi krkrkrr) tout en étant conseillés par l'équipe du store, on a pu vraiment profiter, sans perdre de temps en y allant sur la fin de journée.


En janvier, les pistes sont libres, prêtes à être explorées, tant sur leurs dessins que leurs côtes submersives. La foule touristique est moindre et c'est fort agréable. Avant de partir, nous guettions la météo, de peur de découvrir un embarra de verglas. Car en effet, il ne neigeait pas depuis plusieurs semaines.. Deux jours avant de partir, ainsi que pendant notre semaine, la neige a pointé son bout du nez, déposant poudreuse et ramenant volume sur le domaine. Et à notre arrivée, nous avons été accueillis par un grand et beau soleil, qui a duré quasiment toute la semaine (hormis le jour où il a neigé à torrent, voir photo ci-dessous). Avec ses pistes orientées plein sud, l’Alpe d’Huez bénéficie d’une exposition au soleil maximale grâce à un taux d’ensoleillement exceptionnel de 300 jours par an. Ce microclimat généreux lui a d'ailleurs valut le surnom d'Île au Soleil.


Même à cette période, on y trouve beaucoup d'Anglais, de Russes et quelques Hollandais. Et toujours aussi des dangers publics, malheureusement.

Par rapport à la carte du domaine, nous avons exploré tout le centre, le haut, le bas et le côté ouest. Légèrement aussi à l'est, avec la Sarenne, mais nous ne sommes pas allés sur le secteur d'Auris en Oisans à 1600 (Col de Maronne et Signal de l'homme).


Le Secteur Marmottes / Jeux

Le premier espace qui s'offre à nous est celui des Marmottes, avec son premier télésiège amenant tout droit à la Folie Douce au Plat des Marmottes et passant juste au dessus du chalet-restaurant La Cabane. En haut de celui ci, plusieurs choix s'entremêlent : soit rejoindre Les Jeux à 2100 pour aller ailleurs (vers Poutran ou monter encore plus haut vers Pic Blanc) ou descendre les pistes vertes rejoignant le haut du village, soit monter vers le glacier en passant par Marmottes 2 et 3, soit tout simplement descendre les pistes bleues et vertes ou encore rouge avec Olympique et noire avec la Balme pour s'échauffer doucement et ramenant en bas du télésiège Marmottes.

Partant des Bergers, nous avions pour habitude de prendre ce télésiège pour aller jusqu'à Jeux en coupant par les pistes Dahut ou Poutat. Ensuite, on descendait la piste verte amenant tout en bas (haut du village, dans le quartier Jeux) où plusieurs choix s'offraient à nous : soit prendre le télésiège Signal pour partir vers Villard Reculas, soit monter dans les Oeufs DMC 1&2 montant jusqu'au début du télésiège Pic Blanc à 2700, un peu plus haut de Jeux. Ce dernier itinéraire était pour le plus souvent celui de notre retour. Arrivés en bas du télésiège Pic Blanc par les Oeufs DMC, il nous suffisait de prendre les pistes Couloir puis Boulevard des Marmottes pour rejoindre le Plat des Marmottes et sa Folie Douce. Et enfin, redescendre jusqu'au bas du village où nous logions. Une bonne et longue descente vraiment agréable qui signait la fin d'une bonne grosse journée de ride ensoleillé. Quoique.. parfois on se chauffait à reprendre (et encore reprendre) Marmottes 1, jusqu'à ce que sonne la dernière remontée de 16h30.

Placés au coeur du domaine, les secteurs Jeux et Marmottes 1 sont tranquilles et arborent en eux une multitude de pistes vertes et bleues pour bien commencer dès le matin, avant de s'engouffrer sur le reste du domaine.





Pour les petites pauses, deux hauts lieux se prêtent à la flânerie..

Bien évidemment, La Folie Douce ! Tout a démarré grâce à Luc Reversade : dans les années 80, il réussit peu à peu à se faire un nom et s’impose dans le monde de la cuisine. Il crée la Folie Douce en 1981 en tant que restaurant à Val d’Isère, mais décide peu après de se lancer dans un plus grand projet et en fait un univers de spectacles avec des chorégraphes, des designers fashion, des musiciens.. finissant par imposer une « Folie Douce Lifestyle ». Au fur et à mesure des années, le concept s'est implanté dans plusieurs stations telles que Val d’Isère/Tignes, Val Thorens, Méribel/Courchevel, l’Alpe d’Huez et Saint Gervais/Megève. Implantée ici dans le secteur des Bergers, on peut y monter en piéton grâce au télésiège des Marmottes 1 et bien entendu, y redescendre pareillement. C'est vers 16h que la fête bat son plein. €€€€

Et j'ai nommé La Cabane, un chalet typique de montagne avec une terrasse panoramique ouffissime et une vue imprenable sur le massif des Grandes Rousses. Juste en dessous de la Folie Douce, elle résonne par ses sets électroniques et funk lorsqu'on passe à côté via la piste ou directement par le haut, assis sur le télésiège Marmottes 1. Un peu une « place to be » de l’Alpe d’Hu, elle est dirigée par Hérvé Allibe qui y a installé une décoration soignée (un piano rose sur la terrasse, « La Cabane » écrit façon Hollywood devant le restaurant..) tout en modernisant une carte avec un personnel jeune et efficace. La vue imprenable sur la station, l’ensoleillement et l’accessibilité par une piste verte fait le reste.. Mais c'est sans compter le chef, Freddy Rouaud, qui concocte viandes, woks, risottos etc à se damner via une présentation vraiment alléchante, et toujours à base de produits simples mais de qualité et cuisinés sur place (les plats vont de 21 à 35 euros, le verre de vin à 5 euros et le demi à 5,50 - comptez environs 28 euros par personne, plat et boisson). €€€


Le Secteur Signal / Villard Reculas

Ce secteur-ci commence en haut du village de l'Alpe d'Huez, entre le quartier Jeux et celui du Cognet, au rond point des pistes plus exactement. Lorsque, par les pistes, vous arrivez en bas de Jeux, là où il y a les Oeufs DMC et le télésiège Signal. Pour y accéder et s'y engouffrer, il faut prendre le télésiège Signal, qui amène tout en haut d'une piste rouge immensément large, qu'on voit déjà d'en bas et portant le même nom. Ensuite, deux choix s'offrent à vous : une noire (la forêt) et une bleue bien péchue (villard) qui se coupe en Y vers la fin avec une petite rouge bien raide nommée "mur" si vous vous laissez apprivoiser.

Lorsque la neige était tombée, cet endroit était plus que magnifique, tant sur ses pistes qui se mélangeaient à du hors pistes sweet&soft, doux comme du coton, que sur le paysage blanc à perte de vue, là où il n'y avait pas un chat, ni Anglais, ni skieurs, ou bien quelques brèves apparitions disséminées et éparses..




Quant aux lieux propices pour déjeuner ou encore boire un coup..

La Bergerie est un chalet authentique tenu par Francis et Laurence Barlerin et positionné en bas des pistes, à Villard Reculas, juste au dessus du début du télésiège le Villarais. C'est devenu notre spot préféré pour boire un verre au soleil. Un service au top, un personnel agréable, des prix battant toute concurrence.. dans un lieu à l'abri du temps, silencieux et paisible, face aux montagnes - allongés dans un transat - et qui abrite à l'intérieur une jolie cheminée où se réchauffer pour déjeuner ou diner lorsqu'il fait un peu plus froid, le tout, dans une décoration montagnarde typique et chaleureuse. Le restaurant est situé dans les alpages avec une grande terrasse avec une vue panoramique splendide. Côté assiette, rien à redire, avec des plats et desserts maison. Idéal pour reprendre des forces dans un cadre authentique et tranquille. €€

En bas des (premières) pistes, juste en face du début du télésiège Signal, se situe Le Taburle, où sont organisés des Afters Ski en fin de journée dès 16h. Un peu une usine à gaz à mon goût.. le restaurant est à éviter. Avec des wc payant, des sauces payantes et un service désorganisé lorsque vous êtes en groupe, et vraiment bien trop cher pour un service pas si quali et vraiment moyen (on ne donne même pas de serviette pour déjeuner) ainsi que des plats peu jouissifs.. je met une halte avant gardiste à cette adresse. Seul point positif, sûrement d'ailleurs celui qui attrape (-nigauds) : l'exposition en bas des pistes face au télésiège Signal, et les afters ski organisés un peu sympas. Quoique.. j'ai vu que derrière le bar, les alcools et soft sont de marques premiers prix.. Et quand on voit les prix, c'est juste un peu de la rigolade à mon sens.. €€€


Le Secteur Montfrais / Clos Giraud

Ce secteur-ci est celui le plus à l'ouest du domaine (sur la carte des pistes), qui démarre à l'Alpette (2050) jusqu'à Montfrais (1650). Pour y aller, on s'arrêtait en haut de Jeux, puis on prenait les pistes parallèles (poutran et l'olmet) aux Oeufs Poutran 2&1 qui amenaient doucement et longuement en bas du télésiège de l'Alpette. En descendant la piste rouge l'Olmet et arrivés en bas de celle-ci, où est disposée la remontée mécanique de Poutran, on passe alors directement à l'intérieur du village d'Oz en Oisans, par une espèce de petite route qui devient presque une piste (attention au verglas et.. aux gens!). C'est assez mignon et surprenant tout d'un coup, ça coupe tout de suite avec l'envers du décors des montagnes. À la fin de ce chemin, on arrive aux Oeufs de l'Alpette, et bien de nouveau sur la neige et les pistes qui bordent ce petit village silencieux.

Ce qui est surprenant ici, c'est que lorsque l'on part des Bergers, ou encore même arrivés au terminus de Jeux, qu'un grand soleil surplombe tout le domaine et ses multiples pistes.. et qu'on arrive vers Poutran, que l'on descend petit à petit, on aperçoit alors un amas de nuage, gigantesque, en bas. Qui s'approche de plus en plus, plus on descend.. C'est assez creepy et amusant. On s'dit alors qu'on va s'engouffrer dans la brume et le noir presque, à finir par ne plus rien voir du tout.





Et les lieux propices à la détente ?

Le Vaujaniat, placé non loin de l'ESF sur le plateau de Montfrais, est un grand et large restaurant d'altitude, avec des grandes tablées aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur, en plus de transats disposés en face des pistes et au soleil. Légèrement un peu plus cher que La Bergerie mais bien moins cher que La Cabane, ce bar et restaurant sympathique et chaleureux par sa décoration assez pittoresque (pleins d'animaux en tout genre) est connu et apprécié pour ses crêpes et son vin chaud, ainsi que pour son Génépi maison. Des plats généreux et un paysage immense sur les pistes et les montagnes. €€


Le Secteur Pic Blanc / Dôme des Petites Rousses

Le plus sportif et le plus merveilleux. Le complexe de l'Alpe d'Huez se trouve dans l’ombre du Pic Blanc, une immense montagne qui domine le ciel. Il est si grand que son sommet de 3300 mètres n’est même pas visible du village. L’accès principal au sommet du Pic Blanc se fait via les Oeufs DMC ou via le téléphérique Alpette-Rousses amenant au glaciers des Rousses, suivi par un autre téléphérique, celui du Pic Blanc. Nous, nous sommes arrivés par le Dôme des Petites Rousses, qui débouche sur deux pistes, une à droite et une en face. La plupart des gens allait sur la celle de droite, nous du coup pour être tranquilles, on a pris celle juste en face (le dôme) : bien pentue au début, elle finit par un petit plat serpentillant le long de la montagne jusqu'à retrouver le téléphérique Pic Blanc.

Le pic marque le début de la plus longue piste noire d'Europe, la belle et majestueuse La Sarenne. Avec ses 16 kilomètres de long, la Sarenne est réputée pour sa difficulté en raison de l’endurance nécessaire demandée. Le Tunnel (une autre piste noire) départ également du sommet et est constitué d’un couloir fastidieux avec des roches et de la glace, un grand moment walking dead parmi les rôdeurs (vidéo ici). Arrivés tout en haut du sommet, on jouit d’une vue absolument magnifique à 360° sur les montagnes environnantes. La plupart sont moins élevées que le pic et on a vraiment l’impression d’être sur le toit du monde. On distingue aussi une multitude de pistes et de zones hors pistes à explorer.. Bref, en d’autres termes, une descente difficile et exigeante, qui fait durer le plaisir. Mais c'est mathématique, plus une piste est longue, moins la pente est forte. Même si la Sarenne figure parmi les dix pistes desservies par remontée mécanique possédant le plus fort dénivelé au monde, son dénivelé de 2000 mètres pour une longueur de 16 kilomètres donne une pente moyenne de 12,5%. Si la Sarenne est malgré tout classée noire, c’est qu’elle se divise en réalité en deux parties : une première section très abrupte, qui justifie amplement son classement, et une deuxième section très plate, qui s’apparente davantage à une piste verte qu’autre chose.

Le haut de la piste est la partie la plus raide et la plus difficile. Et vu que c'est un pic, le vent souffle souvent violemment et on se prend des marées de gifles de neige en descendant le premier mur (ou en stationnant à cause du verglas - jugez par vous même grâce à cette vidéo). Comme elle est rarement damée, le passage des nombreux skieurs creuse des bosses et qui plus est, à cette altitude, ces bosses sont souvent glacées s’il n’a pas reneigé récemment. En revanche, la piste est plutôt large, laissant la place si un virage est mal effectué.. ;) Si vous n’appréciez pas les bosses bien abruptes et verglacées, vous pouvez les éviter en prenant la télécabine des Marmottes 3 qui rejoint la piste un petit peu plus bas. Mais ce serait vraiment vous gâcher le plaisir, et vous ne pourrez plus vous vanter d’avoir descendu la Sarenne de haut en bas. Cela dit, même après ces trente premiers mètres acrobatiques, la piste est rarement damée en raison des rochers et autres obstacles qui ponctuent sa partie supérieure.

L’un des grands charmes de cette descente, outre les vues sur le Mont Blanc au nord et sur les Deux Alpes, les Aiguilles d'Arves, La Grave ou encore la Meije, c’est qu’on se retrouve complètement à l’écart des autres pistes, et par la même occasion, des autres skieurs. Il n’y a plus que vous et ces magnifiques paysages. La partie supérieure descend presque tout droit, puis la piste tourne vers la droite dans les gorges de Sarenne : un passage très pittoresque, mais plutôt plat. Ici, toute la difficulté (en particulier pour les snows) est d’arriver à glisser sur une section de 5-6 kilomètres quasiment plate. À l’arrivée, vous rejoindrez la limite des arbres et le télésiège d’Alpauris qui vous ramènera à l’Alpe d’Huez, 1860 mètres plus haut.








Vers la fin de la Sarenne, on arrive alors dans un univers quasi magique et merveilleux. Certes plat, mais divin, longeant le long d'un petit ruisseau glacé en ses rebords mais toujours ruisselant. Le doux bruit de l'eau coulante à vos oreilles, son clapotis retentissant, le froid chatouillant votre visage et le calme de la forêt et des montagnes, opérant comme un repos après cette grande et presque éternelle expédition. Cette piste verte nommée le Gua a réellement un charme majestueux, on glisse le long en snow et ski sans effort grâce aux petites descentes qui redonnent un peu d'allure à notre vitesse.


Et dans le village de l'Alpe d'Huez ?

Se Restaurer
Quartier Des Jeux

Allo PapaPizza, rue de la Grenouillère, une bonne adresse pour se fait livrer (ou aller les chercher) des pizzas en tout genre (pizza burger, kebab, savoyarde, lorraine.. bref que des trucs alléchants) quand on a bien la flemme après une grosse journée de ski. Au total, pour les pizza, on a retenu 3 adresses, deux dans le quartier les Jeux et une près de chez nous aux Bergers. (comptez 11 à 13 euros la pizza) €€

Pizza Pinocchio, la seconde donc du même quartier, c'est des pizza dans un univers plus cosy, chaleureux et montagnard. On retrouve le chalet boisé et la déco typique de montagnes à l'intérieur. Possibilité de commander, mais je pense qu'avant tout les gens préfèrent y manger sur place. €€


Quartier Des Bergers

Le Tremplin est un restaurant que vous ne pourrez louper, tant sa terrasse immense surplombe le bas des pistes près du télésiège Les Marmottes 1. Parfait pour une petite pause, déjeuner et verres à votre arrivée ou à votre départ comme nous l'avons fait en attendant d'avoir les clés de notre appartement, sa terrasse, lorsqu'elle est ensoleillée (très souvent d'ailleurs), ou ses petits transats, vous raviverons le temps d'un midi ou d'un après-midi. Service rapide et vraiment correct, on n'y mange bien avec des assiettes copieuses. À noter que la terrasse, présentant de grande tablées, se remplit très vite à partir du midi. €€

Chez Luigi (Roti Pizz'Alp) est un tout petit restaurant snack, non loin du Tremplin, sur la partie basse du centre commercial. C'est à dire qu'il vous faudra descendre si vous êtes à l'intérieur de celui-ci. En fait, il est disposé sur la route principale amenant au reste du village de l'Alpe d'Huez. Nous avons apprécié ce snack pour ses pizza à emporter (entre 11 et 13,50 euros) vraiment bonnes. Tout le snack de base y est aussi disponible (frites, saucisse, croque monsieur mais aussi lasagne et gratin dauphinois). Sur place, ajouter environs 50 centimes pour les pizza mais environs 5 euros pour les autres plats.. va comprendre la logique. €€

Au Montagnard, définitivement notre coup de coeur. Un restaurant entre Les Bergers et Jeux, révélant spécialités montagnardes dans un cadre intimiste et chaleureux. Les serveurs ont été au petit soin, et les plats.. d'un délice extrême. Entre tartiflette, croziflette, raclette, fondue, Mont d'Or.. dans différents assaisonnements proposés, ce restaurant est vraiment the place to be pour un diner savoyard aux petits oignons. Côté prix, vous pouvez vraiment vous faire plaisir, entre un plat à allant de 16 à 25 euros suivant la spécialité et la quantité (les plats traditionnels tels que les tartiflettes et autres gratins tournent autour de 16 et 18 euros, quant aux raclettes pour 2 personnes minimum, comptez 22,50 euros avec charcuterie). Pensez à réserver. €€€



Sortir

L'Igloo est le club de l'Alpe d'Huez, bon vous connaissez les clubs des stations (23h - 5h30) à tendance mainstream et electro..

Le Festival de l'Alpe d'Huez est le festival international de film de comédie crée en 1997. Huit films ont été sélectionné : Jusqu'ici tout va bien par Mohamed Hamidi, Damien veut changer le monde de Xavier de Choudens, Mon Bébé de Lisa Azuelos, Rebelles d'Allan Mauduit, Roxanne de Mélanie Auffret, Mon Inconnue de Hugo Gelin, Les Petits Flocons par Joséphine de Meaux et Les Crevettes Pailletées de Cédric Le Gallo et Maxime Govare.


Lors de notre arrivée, découvrant notre logement sur les coups de 20h et à peine déposé nos valises, soufflant enfin de nos 8 heures de car, nous sommes allés sur le balcon essayer de décortiquer la vue dans la nuit noire qui plongeait l'Alpe d'Huez telle une obscure salle de spectacle rideaux baissés, ne pouvant n'y voir si nous donnions sur la montagne ou sur un quelconque bâtiment nous cachant alors la vue.. C'est alors qu'une surprise de taille arriva. À ce moment même, un feu d'artifice s'élança face à nous, sonnant l'ouverture du Festival et éclairant alors ce spectacle, cette fois-rideaux levés.. laissant nos esprits s'imaginer alors cette semaine de rêves qui nous attendait, et qui débutait pour le moins le plus merveilleusement possible, entre la montagne et nous.. loin de tout.


© Photographies Louise AVRIL
PARTAGER:

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire







© 2019 ROUGE AVRIL